Vidéo : Un piège dans lequel tout élève peut tomber

icu.next-video

Contenu proposé par

Réseau Canopé
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Le harcèlement35:11

Un piège dans lequel tout élève peut tomber

Agir contre le harcèlement - Conférence de Jean-Pierre Bellon

Suite au long silence français qui a duré pendant des années, il faut d’abord poser et réfléchir la notion même de harcèlement. C’est une situation complexe avec de multiples pièges. Dans cette vidéo de la conférence Agir contre le harcèlement, Jean-Pierre Bellon, professeur de philosophie, cofondateur de l’Association pour la prévention des phénomènes de harcèlement entre élèves (A.P.H.E.E.) identifie les obstacles qui empêchent une bonne compréhension du phénomène. Pour sa part, il préfère d’ailleurs utiliser le terme d'intimidation et alerte sur l’urgence d’adopter le point de vue de la victime et non plus du ou des persécuteur(s). Il conseille une formation des équipes pour pouvoir éviter les pièges et trouver les solutions adaptées à chaque situation. 

Harcèlement, plus de trente ans de silence français 

En France, c’est le politique et non la recherche qui a été à l’initiative de cette prise de parole. Il en résulte un vide théorique et une interprétation basée sur des caricatures et des approximations, qui par conséquent inquiètent les familles dès que les médias relancent le sujet au niveau de l’école, généralement en novembre. 

  • 1975 : début des travaux d’Anatole Pikas en Suède 
  • 1978 : début des travaux de Dan Olweus en Norvège 
  • Janvier 2011 : lettre de ministre qui lance le débat en France 
  • Mai 2011 : assises sur le harcèlement. Droit des victimes à déclarer une situation de harcèlement, punie par la loi

Qu’est-ce que le harcèlement scolaire ? 

Le harcèlement scolaire est un processus complexe d’interaction entre les individus. Ce qui est choquant, c'est que ce sont des enfants qui font souffrir d’autres enfants. On cherche souvent à l’expliquer en simplifiant, pour se rassurer. L’émotion et l’indignation se substituent alors à l’analyse et à la réflexion. Or, d’après Gaston Bachelard, « la connaissance ne peut progresser qu’en surmontant ce qui s’oppose à elle ». Il faut donc examiner les obstacles qui bloquent la compréhension du phénomène du harcèlement. 

Quels sont les 3 obstacles principaux liés au harcèlement scolaire ? 

  • Obstacle n° 1 : l'obstacle verbal. Tous les pays utilisent des termes différents : bullying, mobbing, intimidation, harcèlement. La notion de groupe et de la peur du groupe existent dans les premiers termes, alors que le terme de « harcèlement » est associé en France au monde des adultes (harcèlement au travail, harcèlement sexuel...). Généralement on attend que le degré de malaise ou de stress soit suffisant pour parler de harcèlement. Or, il faut intervenir dès le début, pour stopper les moqueries, les surnoms, les brimades, les rumeurs, l’ostracisme... 
  • Obstacle n°2 : l’essentialisation des protagonistes. Il existerait des profils avec des caractéristiques de victimes et d’auteurs. Cependant, chercher des motifs au harcèlement, c’est se placer sur le terrain des intimidateurs. Or, il faut changer et prendre en compte le point de vue de la victime. Ce n’est pas elle qui est coupable de la situation.
  • Obstacle n°3 : l’occultation du contexte ou la méconnaissance du rôle joué par le groupe. Présent dans toutes les situations d’intimidation, le groupe est tout sauf neutre. Il multiplie la portée des actions individuelles. En cyberharcèlement, les effets de groupe sont énormes et les propos jamais nuancés. C’est la surenchère continue : on passe du racisme, au sexisme en un tweet. C’est la disproportion des forces, qui rend la victime incapable de se défendre elle-même. Seule l'intervention des adultes peut aider le garçon ou la fille à s’en sortir. 

Le silence des cibles : l’enfant enfermé dans son mutisme 

  • Peur des représailles de la part des intimidateurs 
  • Gêne de l'image de celui qui ne peut se débrouiller seul, celui qui se plaint 
  • Honte de ne pas être l’élève qu’il aurait souhaité être 
  • Crainte des réactions des adultes, de l’école tout entière, des sanctions possibles 
  • Crainte que l’établissement n’alerte pas les parents 
  • Peur de décevoir ses propres parents.  

focus : quelques références littéraires 

> Madame Bovary de Gustave Flaubert. Dès la première page, l’auteur évoque le piège de l’intimidation : une situation intemporelle, proche des sables mouvants. C’est l’intervention de l’adulte qui est nécessaire. Pour cela, il faut créer des équipes ressources qui vont aider les enfants, qui peuvent être tour à tour victimes et auteurs. Le triangle du harcèlement décrit : une cible maladroite, de plus en plus maladroite + un groupe d’élèves moqueurs, de plus en plus moqueurs + un maître peu bienveillant, qui laisse s’installer la situation.  

> L’Œuvre de René Girard. « Considérer que les victimes sont pour quelque chose dans le malheur qui les frappe est l’un des plus puissants stéréotypes de la persécution ». René Girard 1982. 

► Continuer la conférence, sur le harcèlement

► Consulter le dossier sur le harcèlement

 

Producteur : Réseau Canopé

Année de copyright : 2021

Publié le 01/06/22

Modifié le 08/06/22

Ce contenu est proposé par