Vidéo : « Un enterrement à Ornans » de Gustave Coubert

icu.next-video

Contenu proposé par

Arte
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Peinture et photographie03:57

« Un enterrement à Ornans » de Gustave Coubert

Histoires d'histoire

Vous souhaitez sensibiliser les jeunes à l'art avec de grands chefs-d'oeuvre de la peinture ? Cette vidéo sur le tableau Un enterrement à Ornans de Gustave Courbet vous servira de ressource pédagoqique. 

Un enterrement à Ornans est un tableau de Gustave Courbet. Loin des sujets nobles des toiles d’histoire : l’œuvre fait scandale lors de sa présentation au Salon de peinture en 1850.

Courbet, chef de file du réalisme

A la fin de l’été 1859, Gustave Courbet alors âgé de 30 ans s’attaque à son premier tableau monumental. Considérée aujourd’hui comme un chef-d’œuvre, la composition a suscité de violentes critiques. A l'époque, Courbet est accusé de peindre « le trivial » et « l’ignoble ». Tout d’abord, c’est le format de la toile qui fait scandale avec ses sept mètres de long et trois mètres de haut. Au XIXe siècle, ces formats sont réservés à des histoires de la mythologie ou de la religion, mais jamais à des scènes aussi banales que celle d’un enterrement. Ici, Courbet transforme cette scène de la vie quotidienne en une fresque imposante et signe le manifeste de la révolution réaliste, qui cherche à mettre l’art au service de l’homme.

Une œuvre inspirée de la vie de Courbet

La scène se passe dans le nouveau cimetière d’Ornans, le village natal de Gustave Courbet. On y trouve 46 personnages, tous Ornanais. Parmi eux se trouvent les employés chargés du cercueil (le prêtre, les enfants de chœur et les Sacristains), au centre, la communauté des hommes et les femmes de leur côté. En tête du cortège figurent les trois sœurs du peintre, son père, sa mère et son grand-père. Au loin, les falaises et le ciel pluvieux constituent le décor d’un monde qui semble être abandonné par Dieu. Le trou présent au milieu de l’image symbolise l’au-delà dans lequel le mort va disparaître.

 

► Pour en savoir plus sur l'art, découvrez la série Décod'art

Réalisateur : David Renaud

Producteur : RMN - Grand Palais

Année de copyright : 2020

Publié le 03/01/22

Modifié le 26/01/22

Ce contenu est proposé par

Ressource pédagogique associée