Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.

Vidéo : Quel regard sur le handisport à la télévision ?

icu.next-video

Contenu proposé par

INA
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Sport et handicap02:39

Quel regard sur le handisport à la télévision ?

Sport et handicap

Dès les années 1950, des reportages s’intéressent au handisport. Volonté, courage, héroïsme, sont le plus souvent des termes utilisés pour en rendre compte,  avec un ton emphatique nuancé par les interviews des sportifs. Mais 20 ans plus tard, le ton a changé, car les handicapés sont des êtres humains comme les autres.

Les journalistes font vibrer la corde émotionnelle

En 1966, Etienne Chapas, unijambiste et aveugle, veut surtout prouver qu’il est un sportif comme un autre, et qu’il peut faire exactement comme tout le monde. Il veut montrer qu’il n’est pas un handicapé mais une personne qui a perdu un sens.

Malgré ces intentions affichées des athlètes, les journalistes ont tout de même du mal à ne pas faire vibrer la corde émotionnelle : « Admirons cette volonté de vivre et de rester des hommes complets chez ces autres grandes victimes que sont les amputés. Qu’un unijambiste, qu’un aveugle saute ou coure, c’est l’affirmation héroïque d’une volonté devant laquelle il faut se taire avec humilité ».  

Ils sont près d’un million et demi en France et plusieurs d’entre eux pratiquent un sport spécialement choisi par les médecins en fonction de l’infirmité donc chacun d’entre eux est atteint. Grâce à la compétition, ils se redécouvrent des êtres humains comme les autres.

Changer le regard sur le handicap

Moins de 20 ans plus tard, des journalistes de Stade 2 se prêtent finalement à l’autocritique. Il faut arrêter les poncifs et la sensiblerie !

Parce que, justement, ils sont excédés de se faire plaindre, les handicapés. Les journalistes commencent donc à changer de regard sur le handicap et les sportifs eux-mêmes perçoivent l’intérêt des micros et des caméras pour démocratiser leur sport, comme par exemple le basket fauteuil.

S’il reste encore un fossé entre la médiatisation du sport des valides par rapport aux handicapés, le message véhiculé a permis de lever certains tabous sur le handicap.

Le handisport est un bon vecteur pour parler du handicap, et cela montre que l’on peut faire du sport en étant soi-même, heureux et joyeux, et que l’on peut offrir du bonheur aux gens, même en étant handicapé.

Ces dernières années, la pratique du handisport a connu un boum en France. Devant le succès des Jeux paralympiques, les clubs ont enregistré plus de 20 000 nouvelles licences handisport, passant de 66 000 en 2009 à près de 88 000 en 2014.

 

Découvrez aussi notre dossier spécial consacré aux Jeux olympiques.

Année de copyright : 2018

Publié le 05/12/21

Modifié le 15/10/21

Ce contenu est proposé par