Pourquoi les vaccins sont-ils importants ?

Le conseil santé

Publié le 15/11/19Modifié le 27/02/20
Connectez-vous à Affiligue
Lumni propose un catalogue de contenus éducatifs à destination des éducateurs et médiateurs, salariés ou bénévoles des structures du réseau de la Ligue de l'Enseignement.

La vaccination permet d’éviter des décès dus à des maladies dangereuses, comme la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la grippe ou la rougeole. On estime qu’elle permet de sauver 2 à 3 millions de personnes par an. Frédéric Tangy, directeur au CNRS et chef du laboratoire de génomique virale et vaccination à l’Institut Pasteur, nous en dit plus.

Qui protège-t-on, en se vaccinant ?

Lorsqu’un certain pourcentage de la population est immunisé, la bactérie ou le virus ne peut pas circuler par ces individus-là. Selon la catégorie de pathogènes auxquels on s’intéresse, 90 à 96 % de la population est immunisée et le pathogène ne peut plus circuler. Les personnes non immunisées ne le sont pas généralement parce qu’elles sont immuno-supprimées, qu’elles ont été greffées, qu’elles ont un traitement immuno-suppressif ou parce qu’elles sont atteintes du sida… Ces gens-là sont protégés par la protection des autres.

A quoi servent les rappels des vaccins ?

Les rappels servent à redynamiser la réponse immunitaire. Les vaccins vivants n’ont pas besoin de rappel, mais les autres, en particulier les non-vivants, ont besoin de rappels.

L’allaitement maternel suffit-il à protéger l’enfant des infections ?

Non. L’allaitement maternel protège contre certaines infections mais pas toutes. Toutes les parties des réponses immunitaires ne passent pas dans le lait. On peut avoir des anticorps secrétés, mais on n’aura pas les réponses cellulaires qui sont majoritaires et plus importantes pour protéger. De plus, la protection ne durera que le temps, plus ou moins court, de l’allaitement. Par ailleurs, les anticorps maternels ne protègent pas systématiquement contre toutes les maladies.

 

© Pixabay

Nom de l'auteur : Caroline Paré

Producteur : Le conseil santé / RFI

Année de copyright : 2017

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :