Connectez-vous à Affiligue
Lumni propose un catalogue de contenus éducatifs à destination des éducateurs et médiateurs, salariés ou bénévoles des structures du réseau de la Ligue de l'Enseignement.

Pourquoi l'ouragan Irma a dévasté Saint-Martin ?

RFI

Publié le 15/11/19Modifié le 15/11/19
Connectez-vous à Affiligue
Lumni propose un catalogue de contenus éducatifs à destination des éducateurs et médiateurs, salariés ou bénévoles des structures du réseau de la Ligue de l'Enseignement.

Sur le même sujet

Le 6 septembre 2017, l'ouragan Irma ravage les Antilles. La partie française de l'île de Saint-Martin est détruite à 95 %. Si la reconstruction avance, elle est encore loin d'être achevée...

Un ouragan d'une violence extrême

L'ouragan Irma, de force 5, frappe les Antilles les 5 et 6 septembre 2017.  Une habitante de Saint-Martin, D. Vergé, témoigne de la violence de l'événement : « L'immeuble où j'étais tremblait. On avait l'impression qu'il allait imploser. Les feuilles de tôles se sont arrachées, et nous avons commencé à avoir de l'eau dans la maison. Le vent, l'eau... Tout est rentré, et comme il y avait des objets, c'était un fracas infernal. On avait l'impression que ça avait été soufflé par une bombe atomique. »

Saint-Martin, une terre vulnérable

L'ouragan Irma se forme le 30 août 2017 au large du Cap-Vert et remonte vers les Caraïbes et la Floride, avec des vents allant jusqu'à 295 km/h. Début septembre, Irma atteint les Antilles, entraîne la mort de 11 personnes et fait de nombreuses autres victimes. L'île de Saint-Martin est détruite à 95 %. Des terres littorales basses, facilement submergées, une urbanisation intense dans les zones exposées aux risques... L'île est particulièrement vulnérable face aux cyclones. Et elle est située dans une zone où le passage des ouragans extrêmement violents est fréquent. 

Des ouragans plus violents et plus nombreux ?

Irma est le cyclone le plus puissant enregistré dans l'Atlantique Nord depuis Allen en 1980 et Hugo en 1989. En 2017, plus de 10 ouragans se sont succédé dans l'Atlantique Nord dont six majeurs : Franklin, Gert, Harvey, Irma, José, Katia, Maria, Lee, Nate et Ophelia. Michel Colombier, directeur scientifique de l'Institut du développement durable et des relations internationales, explique : « Par rapport au passé, pour l'instant, on n'assiste pas à plus d'ouragans, mais par contre, ils sont plus intenses, plus impactants, certainement  à cause des précipitations (dues à l'eau qui est de plus en plus chaude, NDLR). Cette eau chaude s'évapore, elle monte dans le cœur de l'ouragan et c'est elle qui, par condensation, va donner ensuite des précipitations. C'est difficile de dire d'un événement isolé qu'il est dû au changement climatique. Par contre, ce type d'événement est assez ilustratif de ce à quoi il faut s'attendre dans le cadre du changement climatique. »  

Producteur : RFI

Voir plus