Vidéo : Pourquoi il y a des pesticides en montagne ?

icu.next-video

Contenu proposé par

RFI
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Diagnostic pollution01:56

audio - Pourquoi il y a des pesticides en montagne ?

Agir pour l'environnement

Dans les Pyrénées, où la nature semble préservée, on trouve aussi des pesticides. Dans ce reportage, découvrez les effets de ces substances chimiques sur l’écosystème.

Besoin d’éradiquer les espèces nuisibles

Sur le plateau du Bénou, dans les Pyrénées-Atlantiques, au loin, des montagnes grises et blanches se découpent du ciel bleu. Frédéric Delord est accompagnateur en montagne. Il explique à un groupe de randonneurs comment reconnaître les rapaces de la région. Mais dans ce paysage de carte postale, où des moutons et des vaches broutent paisiblement au milieu des prairies verdoyantes, la chimie est arrivée. De nombreux éleveurs épandent des pesticides sur les prairies pour se débarrasser d’un rongeur envahissant.

Les pesticides mettent en danger la biodiversité locale

Etienne Farrand, technicien en agroécologie du Parc national des Pyrénées, explique : « Il s’agit d’un petit rongeur, le campagnol terrestre ou le rat taupier, qui pullule. Il abîme le foin car il consomme les racines des plantes. Surtout, il fait plein de petites taupinières, ce qui met de la terre dans le foin lors de la fauche. Pour l’exploitation laitière, c’est une catastrophe. Les fromages peuvent exploser car cela favorise un ferment dans le foin. La réponse immédiate face aux problèmes causés par le campagnol, c’est l’empoisonnement, mais c’est très défavorable pour l’environnement. »

En effet, les pesticides n’empoisonnent pas seulement les rongeurs, mais aussi les rapaces qui les mangent, comme le souligne Etienne Farrand : « Si un rapace mange 10 campagnols infestés de pesticides, les œufs seront plus fragiles, et cela menacera la reproduction. La pollution des sols peut donc causer une diminution de l’espèce. »

Pour préserver la biodiversité des Pyrénées, les techniciens du parc aident les éleveurs et les agriculteurs à trouver des alternatives aux pesticides : « 

« On favorise le piégeage en tant que structure. On essaie de financer des piégeurs mécaniques dans les galeries plutôt que recourir à l’empoisonnement. »

 

Photo : © G.Nogué/Parc national des Pyrénées

Réalisateur : Reportage France

Producteur : RFI

Année de copyright : 2018

Publié le 15/11/19

Modifié le 04/11/21

Ce contenu est proposé par