Vidéo : PMA

icu.next-video

Contenu proposé par

RFI
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Le français de la vie quotidienne02:48

Lorsque l’on parle de PMA, de quoi s’agit-il ? Ce sigle, représente la procréation médicalement assistée. On fait appel à une aide via une technologie afin de parvenir à des résultats inaccessibles auparavant. Ce type d’assistance, ce geste médical rend possible une conception ou une naissance impossible sans lui. Après le vote à l’Assemblée nationale en juillet 2020, toutes les femmes pourront avoir accès à ce type d’assistance, et pas seulement des couples hétérosexuels infertiles, en âge d’avoir des enfants.

Et on parle de procréation : le fait, comme on dit familièrement, de mettre un enfant en route. Encore faut-il qu’il ait une généalogie attestée. Il faut donc que l’enfant ait des parents, déclarés comme tels : un lien social, un lien affectif, un lien d’amour et d’éducation qui inscrit cette procréation dans un univers légal et reconnu.

Plusieurs PMA envisageables

Et techniquement, plusieurs PMA sont envisageables : ce qu’on appelle la PMA thérapeutique : c’est la plus courante. Celle qui permet, par exemple, de traiter un homme infertile pour qu’il puisse prendre part à la conception d’un enfant. Mais aussi une PMA sociale, qui ne soigne personne, mais permet par exemple un don. Et qui permet aussi l’association de parents d’intention comme disent les sociologues, ceux qui désirent avoir un enfant, quels que soient leur situation ou leur sexe, et un tiers donneur : une autre personne qui donne de sa capacité procréative, pour reprendre de nouveau une expression de la sociologie.

Il ne faudra pas confondre deux sigles qui se ressemblent, PMA et GPA. La GPA est la gestation par autrui qui est un processus bien différent et qui se traduit par le fait pour une femme de porter un enfant pour le compte d’un couple qui en a assuré le projet et la conception et à qui il sera remis après sa naissance, on parle là de mères porteuses qui donneront donc naissance à des enfants qui ne seront pas les leurs.

 

 

Nom de l'auteur : Yvan Amar

Producteur : RFI / DGLFLF

Année de copyright : 2019

Publié le 15/08/22

Modifié le 26/02/21

Ce contenu est proposé par