Vidéo : Le discours de haine

vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
INA
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Souffrances psychiques03:41

Le discours de haine

Médiatropismes

Téléchargez la fiche pédagogique en fin d’article.

 

Les liaisons numériques peuvent parfois devenir des liaisons dangereuses. Autrement dit, une histoire d'amour peut se terminer en véritable enfer sur les réseaux sociaux. Elles accentuent les tensions et la situation peut vite tourner en cyber harcèlement. Comment comprendre, analyser et interpréter ces discours de haine, et quelles peuvent être leurs conséquences ? Peut-on tout dire sur internet ?

Le chatbot, une intelligence artificielle

Le chatbot est un robot conversationnel. C'est en quelque sorte une interface qui facilite la communication entre une personne et un service, qu'on retrouve notamment sur des sites d'e-commerce, mais aussi bientôt sur les réseaux sociaux. Cette intelligence artificielle est donc par définition dénuée de conscience et n'a aucune compréhension du discours de haine. Ce chatbot construit son vocabulaire en fonction des conversations des internautes. Ainsi, il peut avoir par exemple des propos misogynes s'il est manipulé par des trolls malveillants.

Le discours de haine incite le rejet

Ces situations ne sont pas sans conséquence sur nos sentiments et émotions. En effet, les discours de haine provoquent de la tristesse et du dégout chez les personnes qui les subissent, mais aussi peur et colère chez les agresseurs. Donc aucun sentiment positif. Souvent, les minorités et personnes «différentes» sont les cibles principales des discours de haine. Les échanges multiples d'images truquées et accompagnées de commentaires crus invitent aux menaces et représailles de personnes différentes, étrangères ou non.

Ces sentiments violents sont parfois générationnels et perdurent dans le temps. Ils peuvent même prendre la forme d'une phobie collective comme la xénophobie ou l'homophobie, ou même la grossophobie, entre autres. Ces sentiments haineux, souvent amplifiés par la pauvreté et le manque d'éducation, participent au développement des modèles racistes, patriarcaux et nationalistes qui engendrent ensuite des crimes contre l'humanité : génocides, fratricides ou encore féminicides. 

Comment réguler le discours de haine ?

Il n'est pas évident de gérer ses émotions personnelles, ni les émotions collectives. Il faut donc identifier les émotions et les ressentis, et être conscient que le discours de haine n'est pas normal, ni légal, ni moral. Il faut alerter et porter plainte le cas échéant. En effet, presque toutes les formes de discours de haine tombent sous le coup de la loi. Mais au-delà du recours à la justice, chacun peut intervenir pour stopper le discours de haine. Recourir à la négociation, tempérer les ardeurs et faire revenir le calme sont des exemples de contres aux discours de haine pour faire revenir des sentiments positifs, comme la joie.

Retrouvez la fiche pédagogique

Réalisateur : Jean-François Gervais et Stéphane Chung (INA)

Nom de l'auteur : Divina Frau-Meigs, Pascale Garreau (Savoir*Devenir)

Producteur : Savoir Devenir et l’INA avec le soutien du Ministère de la Culture

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Publié le 25/09/20

Modifié le 14/10/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par