Vidéo : Malnutrition

icu.next-video

Contenu proposé par

RFI
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Le français de la vie quotidienne03:16

audio - Malnutrition

Les mots de l'actualité

Qu’évoque-ton lorsque l’on parle de malnutrition ? On parle d’insuffisance de nourriture en quantité ou bien en qualité. C’est un mot qui sera plutôt employé dans des discours de spécialistes, qu’ils soient sociologues, hommes politiques, etc… Ce mot n’est donc pas populaire.

Si on décompose le mot, on comprend tout de suite à quoi il se rapporte : la malnutrition, c’est le fait de mal se nourrir. En particulier quand on ne se nourrit pas suffisamment. Mais l’autre raison probable est parce que l’on se nourrit d’une manière déséquilibrée : nourriture mal équilibrée ou bien irrégulière.

Malnutrition : manque et grande pauvreté

Malnutrition qui donne donc l’impression d’être un peu technique a pu servir d’euphémisme, de mot qui décrit, mais éloigne un peu la violence de ce qu’il désigne. Un peu comme quand on parle de malvoyants ou de malentendants.

Ces deux mots indiquent des degrés dans le manque, le malvoyant a donc un déficit de vision par rapport à la norme. Malentendant c’est pareil. Et pourtant les mots sont souvent employés pour en éviter d’autres : aveugle et sourd, alors même que ces adjectifs peuvent également le moduler : je commence à devenir un peu sourd…

La « malnutrition » et autres mots associés

Il existe d’autres mots plus directs qui disent à peu près la même chose : le mot famine qui est un mot ancien et que l’on trouve en français depuis le XIIe siècle exprime une situation où une population souffre de la faim. Et le mot est resté avec des expressions figurées qui montrent bien à quel point le risque évoqué faisait peur et faisait partie de la vie ordinaire : crier famine s’emploie encore, même si c’est juste pour signifier qu’on est en demande pressante de quelque chose de vital, et plus forcément de la nourriture. Et un salaire de famine, c’est vraiment un salaire scandaleux, on dit aussi un salaire de misère, qui évoque à peu près la même pénurie.

Autant le mot famine est toujours d’actualité, autant le mot disette que l’on n’emploie pratiquement que pour parler d’histoire, des temps jadis, accuse le poids du temps et a une connotation vraiment ancienne, et même si ce mot est apparu à partir du XIIIe siècle, on n’en connait pas vraiment la provenance.  

 

Nom de l'auteur : Yvan Amar

Producteur : RFI / DGLFLF

Année de copyright : 2019

Publié le 08/12/22

Modifié le 26/02/21

Ce contenu est proposé par