Vidéo : Les principes de la laïcité en France

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
La République44:03

Les principes de la laïcité en France

Ceméa

Jean-Baptiste Clerico, directeur national des Ceméa en charge de la vie pédagogique  et de la vie associative introduit Nicolas Cadene, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité qui fait un rappel sur les notions importantes relatives à la laïcité.

Les confusions sur la laïcité

Depuis quelques années, la question de la laïcité prend une connotation particulière dans les associations. C’est un sujet important, oh combien sujet également à polémique…

Il y a différentes conceptions de ce qu’est la laïcité, ce qui conduit à une vraie confusion sur le sens de ce terme. Une autre confusion courante est celle entre l’adjectif « laïque » qui renvoie au principe de laïcité, et le nom « laïc » qui définit simplement celui qui n’est pas membre du clergé, qui n’est pas religieux.

La définition juridique de la laïcité découle simplement de 5 textes : les articles 1er et 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, puis les lois Ferry de 1881 et surtout de mars 1882, il y a également la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des églises et de l’Etat. Il y a eu par la suite différentes évolutions législatives comme la loi de 2004 sur le port de tenues ou de signes religieux ostensibles à l’école.

Le système laïque français repose sur trois principes et valeurs : la liberté absolue de conscience, donc la liberté de religion et de culte, mais aussi la liberté de ne pas avoir de religion, et celle de manifester ses convictions, toujours dans les limites du respect de l’ordre public.

Le deuxième principe est la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses. C’est de cette séparation  que découle la stricte neutralité de l’Etat et de l’administration.

Troisième principe, c’est l’égalité de tous devant la loi, quelles que soient leurs convictions. C’est de ces principes et valeurs que découle notre citoyenneté commune qui va contribuer à l’idéal républicain de fraternité.

La laïcité en dehors de la France

D’autres pays se disent laïques, comme par exemple la Belgique, mais ce n’est pas le même système. La Turquie est également un état laïque, mais là encore c’est un autre système. Le Mexique a un système de laïcité très proche du nôtre. Le Sénégal, le Mali, le Brésil sont laïques dans leur constitution, mais il y a une influence forte de la religion dans les affaires publiques. Aux Etats-Unis, la religiosité est forte, notamment en politique, mais l’Etat fédéral et les organisations religieuses sont strictement séparés depuis 1791, depuis le premier amendement de la Constitution. Contrairement à la France, il n’est pas possible de subventionner une école privée confessionnelle, ce que fait la France.

Notre société traverse depuis de nombreuses années une crise de nature multiple, elle se retrouve très souvent divisée et inquiète pour son avenir.

C’est la Révolution française qui a fait émerger la laïcité, comme une liberté, fille du mouvement philosophique des lumières.

Pour bien comprendre comment s’applique le principe de laïcité, il faut distinguer non pas 2 espaces entre privé et public, mais 4 espaces.

Quelle est la place de la laïcité en France ?

Durant les 30, 40 dernières années, on a cru que la laïcité était une évidence pour tout le monde… En abandonnant le travail de pédagogie sur le terrain, on a laissé le champ libre à la fois aux contestations de ce principe, et aux instrumentalisations. Il est parfois devenu pour certains un outil de stigmatisation ou d’exclusion. A l’étranger, la laïcité française, malheureusement, est encore perçue comme quelque chose qui serait uniquement interdictif, alors que c’est quelque chose qui apporte un équilibre avec les libertés et les interdits. Malgré les terribles attentats en France qui nous renvoient à une problématique qui sort du seul champ de la laïcité, notre pays reste attaché à son état de droit et à son système laïque. Il est clair qu’en période de crise multiple, sociale, économique, sociétale, une crise d’identité, on constate des replis sur soi évidents, sur des valeurs traditionnelles et religieuses plus rigoureuses, des replis à caractère identitaire, des pratiques religieuses parfois totalement réinventées, des pressions communautaires, voire des provocations contre la République, en particulier dans des zones périphériques rurales, ainsi que dans des quartiers où le sentiment de relégation sociale est extrêmement fort. Il y a une crispation autour de toute visibilité, de toute expression religieuse. La laïcité dans le débat public est beaucoup trop souvent utilisée pour répondre à tous les problèmes de la société.

La laïcité a besoin de mixité sociale, de mixité scolaire, et d’une lutte constante contre les inégalités et les discriminations, qu’elles soient de genre, urbaines, sociales, scolaires, ou administratives.

Comment adapter la laïcité à la restauration scolaire ?

La laïcité s’invite naturellement dans les cantines : la meilleure solution, dans une approche laïque, est celle de l’offre de choix, à savoir repas avec ou sans viande. Repas végétarien, pas végétarien. On parle de repas avec ou sans viande. Cela permet à tout le monde, croyants, musulmans, juifs, qu’ils suivent un régime pour des raisons de santé ou de convictions que l’on n’a pas à connaître d’avoir le choix. Le plus important est de garantir qu’avec ces deux choix, les élèves mangent aux mêmes tables. Sur toutes ces questions, il faut savoir garder la tête froide et appliquer le droit avec fermeté et discernement.

La définition de la laïcité

La laïcité, c’est la clé de la construction de la citoyenneté, qui fait de chacun d’entre nous, au-delà de nos convictions propres, des citoyens à égalité de droits et de devoirs. C’est ce qui nous permet d’en faire une richesse, pour créer du commun, pour faire ensemble. C’est ce qui va nous garantir la liberté de croire ou de ne pas croire et la possibilité d’exprimer cette croyance ou cette non-croyance, mais toujours dans les limites de la liberté d’autrui, toujours dans le respect mutuel.

Réalisateur : Ceméa

Nom de l'auteur : Ceméa

Producteur : Association Ceméa

Année de production : 2018

Publié le 28/09/21

Modifié le 26/04/21