Vidéo : Les formes de l'engagement

icu.next-video

Contenu proposé par

Réseau Canopé
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
La République07:15

Les formes de l'engagement

Forum des écoles

Interview de Patricia Loncle, Enseignant-chercheur à l'EHESP qui nous parle des formes d'engagement auprès des jeunes et le aides que l'on peut leur apporter. 

L'approche des jeunes pour l’engagement

Dans les partis politiques et les syndicats, on trouve peu de de cette représentation chez les jeunes, en revanche, dans les associations d’éducation populaire ou les associations traditionnelles, on est sur un engagement qui reste assez fort. C’est plus difficile quand on s’intéresse à des formes d’engagement qui ne vont pas conduire les jeunes à s’organiser en associations, comme des collectifs de jeunes qui peuvent s’exprimer sur Internet, sur les réseaux sociaux, sans création d’une association. Quand on interroge les jeunes, ils peuvent avoir une définition de l’engagement qui peut être soit collective, soit individuelle.

Globalement, les jeunes sont engagés au moins autant, voire plus que le reste de la population, dans les associations qui sont déposées auprès des préfectures.

Des soutiens aux initiatives des jeunes

On a vu émerger des préoccupations de soutien aux initiatives des jeunes, dans les municipalités, dans les départements et dans les régions : l’idée est d’aider les jeunes à apporter des initiatives.

Il y a cette préoccupation qui est présentée comme étant importante de la part des pouvoirs publics, pour favoriser l’engagement citoyen et civique des jeunes. Il y a eu un renforcement au cours des dernières années avec le service civique, et puis avec des programmes comme « La France s’engage » par exemple qui sont des programmes dotés de budgets importants.

On a ces dispositifs publics qui partent de l’idée d’une carence, d’une déficience en terme d’engagement des jeunes, mais qui restent un peu sourds ou myopes vis-à-vis des formes d’engagement qui ont été précédemment évoquées.  

Les limites des dispositifs

On voit que ce sont souvent les jeunes les plus diplômés, les plus à l’aide avec la prise de parole, avec l’écrit, qui vont aller vers ces dispositifs. Il y a des normes induites par ces dispositifs, entre les bons et les mauvais projets des jeunes, et ces normes-là évoluent. Il y a 20 ans, ça pouvait être la citoyenneté, la mobilité, aujourd’hui, on voit bien que ça va être plus l’employabilité, ou l’entreprenariat des jeunes. Du coup, les jeunes qui ne sont pas familiers avec ces rhétoriques-là vont avoir tendance à être un peu écartés.

Producteur : Réseau Canopé

Année de copyright : 2016

Publié le 10/12/22

Modifié le 02/11/21

Ce contenu est proposé par