Vidéo : Les déchets ultimes des incinérateurs

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Diagnostic pollution07:44

Les déchets ultimes des incinérateurs

Sur le front

Vous souhaitez sensibiliser les jeunes au traitement des déchets ménagers, animer des ateliers sur les décharges utilisées pour produire de l'électricité ? Voici une vidéo sur les incinérateurs qui vous servira de ressource pédagogique.

 

Ceux qui vivent près des incinérateurs ne risquent rien officiellement, et profitent de la production d’électricité. Pourtant les quantités de polluants rejetées dans l’atmosphère inquiètent les habitations proches des incinérateurs. Hugo Clément, dans cet épisode de Sur le front, enquête sur les filières de traitement des déchets ménagers. 

Les déchets ménagers traités par les incinérateurs 

  • 7 piscines olympiques : le volume de la fosse qui rassemble les déchets pour plus d’un million d’habitants.
  • 50% des déchets pourraient sûrement être recyclés. Mais pas ou mal triés, ils se retrouvent dans cette fosse.
  • Un four à 1 000 degrés pour brûler les déchets et fournir de l’énergie aux immeubles proches de l’usine d’incinération. 

Le mâchefer, les résidus des poubelles qui ne brûlent pas 

Après la valorisation, tout ce qui ne brûle pas doit être traité : c’est le mâchefer. Cela représente 20% des déchets, soit 1/5e de ce qui est jeté selon l’Agence de l’environnement. Mais ces résidus sont toxiques, concentrés en dioxines et en métaux lourds. La France en produit 3 millions de tonnes chaque année. 

Le mâchefer, entre décharge et matériaux de construction routiers  

Dans un premier temps, faïence, métaux et certains plastiques sont stockés à l‘air libre dans un centre de maturation, pendant 3 mois. Puis les mâchefers sont répartis :

  • 1/3 du mâchefer est trop pollué et est laissé dans une décharge, en attendant des solutions à venir.
  • 2/3 sont valorisables. Ils sont triés et broyés, puis utilisés pour la construction des routes. Certaines communes refusent l’utilisation du mâchefer du fait de la présence de nappes phréatiques. En effet, la règlementation tolère un dosage de dioxines de 10 ng/kg de matière sèche. Au-delà, les dioxines des mâchefers risquent de contaminer les nappes phréatiques et de se retrouver dans l’environnement. La dioxine est un composé cancérigène reconnu dangereux pour la santé. Il est souvent lié à la présence de plastique dans les déchets.

Réalisateur : Sylvain Pierron

Producteur : Winter Productions

Année de copyright : 2021

Publié le 30/03/22

Modifié le 01/07/22

Ce contenu est proposé par

Ressource pédagogique associée