Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.

Vidéo : La décroissance

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Climat24:52

La décroissance

L'entre deux

Vous souhaitez approfondir les connaissances des jeunes sur la théorie de la décroissance, animer des ateliers sur le lien entre économique et écologie ? Voici une vidéo sur ce concept qui propose un système économique alternatif au capitalisme.

 

Pour en parler, Cyrus North reçoit Assen Slim, économiste, professeur à l'INALCO et spécialiste des mutations économiques.

Capitalisme et capitalisme vert : définitions

Le capitalisme s’appuie sur l’idée qu’il faut accumuler de la richesse pour accumuler encore plus de richesse. Pour Assen Slim, ce système engendre deux problèmes :

  • Des inégalités sociales
  • L’épuisement des ressources naturelles

Face à cela, une nouvelle forme de capitalisme a émergé, c’est le capitalisme vert, appelé aussi « éco-capitalisme » ou « croissance verte ». Ce système, prôné par certains écologistes, propose deux grandes approches :

  • La poursuite de l’accumulation tout en traitant les dégâts environnementaux par le marché, avec le moins de contraintes possibles.
  • Le progrès technique qui compensera ce qu’on a détruit. Exemple : inventer des petits drones qui polonisent à la place des abeilles, un insecte menacé d’extinction.

Qu’est-ce que la théorie de la décroissance ?

Plus radicale que le capitalisme vert, la décroissance, elle, prône une sortie complète du capitalisme. A l’échelle d’une société, l'application de la décroissance nécessiterait beaucoup de changements. Les voici :

  •  penser uniquement aux besoins fondamentaux. L’économiste Serge Latouche parle de « décoloniser son imaginaire ».
  •  sortir de la société de consommation, de production et de distribution de masse.
  • « sortir le travailleur du salariat qui le dépossède », selon la pensée du philosophe et journaliste André Gorz,
  • partager le travail : l’un ne devra pas travailler plus qu’un autre,
  • vivre à côté de son travail, ce qui engendrera des mobilités douces,
  • autoproduire et réparer ce qu’on a besoin,
  • fixer les prix des biens de manière démocratique, selon le politologue Paul Ariès. Autrement dit, pas de loi de l’offre et de la demande. Exemple : l’eau, bien nécessaire à la vie, serait gratuite. Mais pour remplir sa piscine, elle serait payante.

Concept de la décroissance : réalisable ?

La décroissance bouleverse nos croyances actuelles, dont celle de croire que la croissance est synonyme de bien-être. L’économiste Assen Slim rappelle qu'un naufrage pétrolier est une conséquence négative de la croissance. Elle ne génère donc pas de bien-être.

De plus, la théorie de la décroissance remet aussi en cause notre notion de richesse. Par exemple, après le naufrage d'un pétrolier au large des côtes, le chiffre d’affaire d’une entreprise, chargée de nettoyer une plage, est pris en compte dans le calcul du PIB du pays, c’est-à-dire le calcul de la richesse. Pourtant, cette croissance est issue d’un naufrage pétrolier qui n’a pas généré de bien-être.

Décroissance, est-ce la solution ?

Selon l'économiste Nicholas Georgescu-Roegen, la décroissance est une croyance « mécaniste » au sens newtonien du terme. Il faut la remplacer par une croyance tirée de la physique : le « thermodynamisme ». Celui-ci prend en compte la loi de la conservation et la loi de l’entropie, selon lesquelles toute matière finit par se dégrader.

Face à l'urgence climatique, Nicholas Georgescu-Roegen prône, à la place de la décroissance, une poursuite de la croissance tout en commençant à modifier certaines caractéristiques de celle-ci. En effet, pour Georgescu-Roegen, on a le choix de décider collectivement : soit on veut une présence brève de l’humanité en continuant à utiliser des énergies fossiles et en exploitant le travail des êtres humains. Soit on souhaite que l’humanité vive plus longtemps. Dans ce cas-là, cela nécessitera des bouleversements.

Réalisateur : Adrien Benoliel

Producteur : Outsideur

Année de copyright : 2021

Publié le 21/03/22

Modifié le 05/05/22

Ce contenu est proposé par