Vidéo : La bienveillance à l'école

icu.next-video

Contenu proposé par

Réseau Canopé
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Les droits des enfants27:48

La bienveillance à l'école

Conférence Canopé Lyon

Cette vidéo aidera à sensibiliser les jeunes à la bienveillance à l'école. 

Julien Masson, universitaire, formateur à l’ESPE, sur les questions de psycho et précédemment maître des écoles, nous parle du lien existant entre bienveillance et motivation, sur les apprentissages des élèves dans les classes de primaires et secondaires. Après une rapide définition de la bienveillance, il détaille les mécanismes à l’école et s’appuie ensuite sur des études réalisées en neurosciences. 

Bienveillance, une notion au service de la motivation, de l’évaluation.

Définition : disposition favorable envers quelqu’un. Notion à distinguer de la compassion : pas de pitié, aide, complaisance. 

SEP : sentiment d’efficacité personnelle 

Albert Bandura expert psychologue canadien, aborde la croyance en ses capacités de réaliser une tâche, plus spécifique que la confiance en soi, elle est directement liée à la réussite scolaire des élèves. Peut se construire de 4 manières : 

  • Apprentissage actifs ou réussite : situation de réussite 
  • Apprentissage vicariant : identification à un autre élève, attention, ne pas choisir que les meilleurs, varier les sexes. 
  • Persuasion verbale : encouragements, manifestations positives. 
  • Etats physiologiques positif et constructif : sécurité, soutien, estime (vs stress) 

Comment rendre compte de la motivation ? 

Différentes études permettent de comparer des comportements différents : un climat sécurisant, une évaluation de la tâche à la hausse permettent de renforcer l’estime de soi scolaire. À l’opposé, un climat stressant ou neutre, des évaluations de la tâche trop basses peuvent conduire à un auto-handicap ou à des stratégies d’évitements. 

Quel impact sur l’évaluation et les résultats ? 

Un effet Pygmalion implicite : attentes de l’enseignant sur les élèves, mis en lumière par une étude de Rosenthal : un enseignant ne peut pas être neutre, en adoptant une attitude bienveillante, il permet de pour mettre en place des stratégies de réussite et de progrès. De même une posture d’informant plutôt qu’en contrôle, permet d’obtenir de meilleurs résultats pour l’ensemble de la classe. 

Les buts d’accomplissements : maîtrise ou performance ?

L’engagement d’un élève peut se faire selon 2 modalités : la maîtrise (désir de progression, d’apprentissage, défi), ou la performance (supérieur, fort, meilleur). L'orientation vers la performance est positif pour 10% de la classe (2 à 3 élèves), et à la baisse ou catastrophique pour les autres. En choisissant une orientation de la maîtrise : on permet de développer une sensation de réussite pour l'ensemble de la classe.

Quel éclairage des neurosciences ?  

  • Au niveau du développement du cerveau : le cortex frontal, siège de la sécurité affective, l’empathie, la bienveillance. Le cortex cingulaire antérieur : contrôle de soi, apaise les sentiments. L'hippocampe : mémoire, bienveillance. 
  • Au niveau des hormones : ocytocine, sentiment de confiance (relation aux autres) > sécrétions de dopamine, de sérotonine, d’endorphine.  

Conférence du 27 avril 2016, la CARDIE de l’Académie de Lyon, l’Atelier Canopé et l’ÉSPÉ de Saint-Étienne accueillaient plusieurs intervenants dans le cadre des « Rencontres de l’innovation dans la Loire ». 

Producteur : Canopé Lyon

Année de copyright : 2016

Publié le 04/08/21

Modifié le 24/08/21

Ce contenu est proposé par