Vidéo : L'IVG est-elle en danger ?

icu.next-video

Contenu proposé par

TV5MONDE
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Mixité, genre, sexisme15:03

L'IVG est-elle en danger ?

Grand angle

Le 28 septembre, marque la Journée mondiale du droit à l’avortement. En France, ce droit est accessible depuis le 17 janvier 1975, à l’initiative de Simone Veil. Cinquante ans après la loi Veil en France, ce droit est-il accessible à toutes ? Explications dans l’émission, Le Grand Angle avec Silvia Garcia et ses invitées.

L’IVG c’est quoi ?

L’interruption volontaire de grossesse désigne, dans certains pays, un avortement déclenché pour des raisons non médicales à la demande de la patiente. En France, l’IVG est légale même si elle reste très encadrée. L’IVG médicamenteuse peut être déclenchée jusqu’à 5 semaines de grossesse, l’IVG chirurgicale peut être pratiquée jusqu’à 12 semaines de grossesse.

 

 

Image contenu

Statut de l'IVG dans le monde

 

N.B. La carte illustrant le propos de l'article est antérieure à certaines nouvelles lois concernant l'IVG. Ainsi, le Mexique, qui a légalisé l'IVG en septembre 2021 et le Bénin qui l'a légalisée en octobre 2021 , devraient normalement apparaître en vert.

Des inégalités d’accès à ce droit

Aujourd’hui, dans le monde, cinquante pays autorisent l’IVG sans restriction. Mais loin d’être universel, ce droit varie selon les régions du monde. En Afrique, la majorité des pays interdisent l'avortement, à quelques exceptions près, comme le Bénin qui a dépénalisé l’IVG, le 21 octobre 2021. En Amérique latine, ce droit est toujours restreint sauf dans quelques pays comme l’Uruguay, Cuba, l’Argentine et le Mexique. En Europe, l’Irlande a dépénalisé récemment l’IVG, mais quatre pays conservateurs refusent encore ce droit : Andorre, Malte, la Pologne et le Vatican.

 

N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. 

 

Simone de Beauvoir

 

L’IVG, un droit un danger

Les droits des femmes ne sont jamais acquis. En France, entre 3000 et 5000 femmes partent interrompre leur grossesse à l’étranger. Pour la députée française, Albane Gaillot, qui défend une proposition de loi qui vise à renforcer le droit à l’avortement, les conditions d’accès à l’IVG ne sont pas optimales, car l’acte est « simplement toléré ». La députée dénonce un retour en France, de courants conservateurs, de droite qui font barrage contre sa proposition de loi.

Le cas de l’Argentine

Pour prescrire légalement des pilules abortives, les réseaux féministes s’appuient sur une brèche dans la législation du pays . « L’avortement est possible dans trois situations : en cas de viol, ou si la vie de la personne est en danger, et on entend par là, la surcharge émotionnelle ou un état d’anxiété ». Les médecins peuvent agir librement grâce à la dépénalisation de l’avortement dans le pays, depuis 2020. Pour autant, le combat de ces femmes est loin d’être gagné. Dans les régions conservatrices du pays, des adolescentes enceintes après un viol se voient refuser le droit à l’avortement. Le constat est similaire dans des villes plus progressistes comme la capitale, Buenos Aires. Toutes les femmes ne connaissent pas l’existence de ces centres de santé publique et avortent dans des conditions difficiles.

Producteur : TV5MONDE

Publié le 21/01/22

Modifié le 14/02/22

Ce contenu est proposé par