Vidéo : L'immigration et le racisme

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Racisme et antisémitisme25:09

L'immigration et le racisme

L'entre deux

Vous souhaitez sensibiliser les jeunes adultes aux préjugés liés à l'immigration, animer des ateliers sur la tolérance et le respect de l'autre ? Voici une vidéo qui vous servira de ressource pédagogique pour illustrer vos propos.

 

Lorsqu’un migrant arrive dans un pays, il peut subir du racisme. En France, les agressions à caractère raciste ont bondi de 21 % entre 2018 et 2019. Aujourd’hui, le racisme s’exprime sous des formes insidieuses et normalisées. C’est le cas avec le racisme anti-asiatique. Pour en parler, Cyrus North reçoit Simeng Wang, sociologue, chargée de recherche au CNRS.

Le racisme anti-asiatique en progression

Le racisme anti-asiatique est en hausse dans le monde. Cela a commencé avant la crise du covid. Il était dû à de l’incompréhension ainsi que des préjugés anciens remontant au milieu du XIXe siècle. Ce racisme anti-asiatique est étudié en France depuis un ou deux ans, alors qu’aux Etats-Unis, les pouvoirs publics s’y sont intéressés dès les années 1980. La France a donc un retard sur ces questions-là. 

A partir de la crise du covid, des Chinois mais aussi des populations asiatiques comme les Vietnamiens qu’on a assimilés à des Chinois, ont été la cible de propos racistes. Il y a eu une racialisation de la maladie.

Des nouvelles formes de lutte contre le racisme anti-asiatique

Avant la crise du covid, les populations asiatiques victimes d’agressions racistes formulaient des revendications sur le registre sécuritaire. Désormais, les moyens de résistance sont plus axés dans la lutte contre le racisme anti-asiatique. Trois tendances ont ainsi émergé :  

  • des associations antiracistes comme la Licra ou SOS Racisme collaborent avec des associations franco-asiatiques.
  • davantage d’outils numériques, traduits en langue chinoise, permettent aux victimes d’actes racistes de contacter rapidement des associations pour signaler, être accompagné et porter plainte.
  • des savoirs et des luttes contre le racisme anti-asiatique circulent entre les pays anglophones et la France.

Au-delà du racisme, les discriminations

Le racisme est une forme de discrimination fondée sur l’origine ethnique d’une personne. Ce sont des actes ou des discours qui différencient des humains pour des raisons ethniques, de genre, d’orientation sexuelle, de handicap, de classes, etc.

Il existe deux sortes de discrimination : les agressions physiques et les agressions verbales. Cette dernière peut prendre la forme d’un commentaire positif. Exemple : « Les Chinois sont forts en maths. Les Chinois travaillent dur. Etc. ».  Cette catégorisation d’une population forge le mythe d’une minorité modèle. Cela a pour conséquence d’exercer une grande pression de réussite sur les enfants issus de cette immigration.

Quelles solutions ?

Le racisme et le nationalisme ont toujours progressé en période de crises. Pour atténuer ce problème, il existe plusieurs solutions, selon Simeng Wang. Parmi elles :

  • Des programmes ou des coopérations entre l’Education nationale et des associations antiracistes. Ils permettront d’aller au-delà des clichés.
  • La mise en place d’interprétariat dans les institutions publiques et de statistiques ethniques (interdits en France depuis 2007).

 

► Retrouvez le formulaire pour poser vos questions à Cyrus North.

 

 

Sur le même thème, découvrez la vidéo « La France est-elle raciste ? ».

Réalisateur : Adrien Benoliel

Producteur : Outsideur

Année de copyright : 2021

Publié le 31/01/22

Modifié le 24/02/22

Ce contenu est proposé par