Vidéo : Journaliste : le jour J

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Education aux médias et à l'information06:53

Journaliste : le jour J

Les veilleurs de l'info

Bienvenue dans ce premier épisode des veilleurs de l’info ! Aujourd’hui, nos apprentis journalistes vont interroger leur rapport à l’information, la façon dont ils se représentent le monde des médias, et la confiance qu’ils lui accordent. Entre les faits, le vraisemblable, et les différentes opinions, il n’est pas toujours simple de faire la différence. Pour ne plus tomber dans le panneau, Ils vont devoir remonter à la source de l’information et démêler le vrai du faux.

Quel est le bon réflexe à avoir pour vérifier l’information ?

Nous avons demandé à Arnaud Mercier, professeur en communication de nous donner son  point de vue : « Le tempo du traitement de l’information est un vrai défi, et les réseaux sociaux y jouent un grand rôle. On peut maintenant se passer des journalistes pour avoir accès à l’information, mais il faut acquérir de vrais réflexes de base, à savoir recouper des faits, donc plusieurs sources divergentes qui amènent à la même information, et vérifier les sources. »

C’est d’utiliser des outils comme la recherche d’images Google, ou TinEye qui est un site web canadien et dont la particularité est de faire des recherches inversées afin de voir si l’information à travers l’image a été manipulée ou pas.

Qu’est-ce qu’un biais cognitif ?

Il faut sensibiliser tout le monde sur ce qu’est un biais cognitif, comment il s’active et comment déjouer ce type de piège afin d’avoir un vrai recul, un vrai esprit critique. Il doit s’appliquer à nous, à nos propres mécanismes conscients et inconscients ne façon à ne pas être les manipulés de ce nouveau système d’information dans lequel la désinformation se répand activement. Le biais cognitif pour rappel est une forme de pensée qui met en œuvre des distorsions dans le traitement de l’information, qui induit en erreur sans que l’on ne s’en rende compte. Ces réflexes de vérification, il faut désormais systématiquement les avoir, et tenter de déjouer les fake news et autres théories du complot.

Qu’est-ce que la théorie du complot ?

Normalement quand une info est vraie, elle est vérifiable par au moins trois sources. La théorie du complot va au-delà de la fake news, parce que ça vient contredire une version officielle. Les complotistes utilisent des billets cognitifs afin d’altérer votre jugement, jusqu’à l’inversion de la charge de la preuve s’ils sont en difficulté : exemple : Prouvez-moi que les extraterrestres n'existent pas, ou alors c'est qu'ils existent.


Les réseaux sociaux, principale source d’information ?

Les apprentis journalistes sont en pleine enquête sous le coupe de Jessica Pinot, animatrice Culture et numérique. « On peut voir auprès de ces jeunes que les réseaux sociaux sont leur principale source d’information et ils ne vont pas forcément confronter cette information dans d’autres médias. Pour ce faire, ils sont passés à l’activité « info profiler » : des informations sont distribuées, comme des articles de presse, ou bien des publications issues des réseaux sociaux, avec 4 articles à traiter. Il faut faire jouer l’intuition, repérer les éléments pour voir si l’info est vraie ou fausse ».

Au final, certains groupes quand ils ont eu la lecture en première intention pensaient que l’info était vraie ou qu’elle était fausse, mais après vérification plus poussée il s’est avéré que c’était l’inverse. Le but de ces enquêtes est de contribuer à développer leur esprit critique, et de séparer le bon grain de l’ivraie.

Réalisateur : Image'IN

Producteur : Image'IN

Publié le 10/11/20

Modifié le 16/11/20