Vidéo : Jeux olympiques des sourds et muets : Florian Chevalier sélectionné en équipe de France de karaté

icu.next-video

Contenu proposé par

INA
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Jeux olympiques et paralympiques04:30

Jeux olympiques des sourds et muets : Florian Chevalier sélectionné en équipe de France de karaté

Sport et handicap

Cette vidéo retrace l'entraînement de Florian Chevalier est un karatéka Corse, sélectionné pour les JO des sourds et malentendants qui se sont déroulés à Sofia en 2013 en Bulgarie. Licencié du club de karaté de Biguglia il a été seul à représenter la France dans cette discipline. A 31 ans, il collectionne déjà les titres de champion de Corse et a également été sacré deux fois vice-champion du monde.

Une aventure humaine hors-norme

Il s’agit pour lui d’une seconde participation, précédemment parti au Japon pour ensuite combattre à Taipei, il va repartir combattre à Sofia.

Sourd-muet à la naissance, c’est sa mère qui l’a orienté vers cette discipline lorsqu’il avait 7 ans. Comme tous les sourds, il n’avait pas conscience de son extérieur, il fallait un sport où il puisse gérer son aspect physique et son entourage.

Sébastien le Van l’entraîne depuis 4 ans, et a dû apprendre les rudiments du langage des signes, mais avec ce challenge olympique, c’est tout l’encadrement du club qui est embarqué dans une aventure humaine hors-norme, y compris pour la préparation physique.

Travailler la résistance et la lucidité pour combattre

Sur le tatami, seul contre tous, les adversaires vont se relayer, un exercice qui aide à travailler la résistance et la lucidité car quand on est fatigué, c’est la technique qui entre en jeu et il faut pouvoir continuer à percevoir l’attaque.

Florian dans son club se sent bien entouré, et travaille assidument avec ses partenaires qui sont tous là à le soutenir, même si l’entraînement est difficile.

Dans ce sport l’apprentissage est en grande partie basé sur le mimétisme, Florian n’a aucun mal à évoluer, sa volonté sans faille, son envie intarissable ont fait le reste, cela lui a ouvert des portes, même dans son monde à lui.

Grâce au karaté, il peut voyager dans le monde, et c’est quelque chose qu’il trouve formidable, cela lui permet de rencontrer beaucoup de gens de différentes nationalités, beaucoup de personnes intéressantes à travers le monde, et même si la langue des signes n’est pas toujours pareille d’un pays à un autre, c’est quand même sympa d’apprendre entre sourds de différentes nationalités. 

 

Découvrez aussi notre dossier spécial consacré aux Jeux olympiques.

Année de copyright : 2013

Publié le 09/08/22

Modifié le 13/05/22

Ce contenu est proposé par