Vidéo : Guerre d'Algérie : vers l'apaisement des mémoires ?

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
La République03:16

Guerre d'Algérie : vers l'apaisement des mémoires ?

Décod'actu

Vous souhaitez évoquer la guerre d'Algérie avec de jeunes adultes, animer un atelier sur les mémoires douloureuses héritées de cette période ? Voici une vidéo qui vous servira de ressource pédagogique.

 

Le 18 mars 1962, avec la signature des accords d’Evian, prend officiellement fin ce que les Français appellent la guerre d’Algérie, et les Algériens la guerre d’indépendance ou la révolution algérienne.

La guerre d'Algérie, un conflit très violent et un  bilan humain très lourd

1/ Les chiffres, controversés, s’élèvent à plusieurs centaines milliers de morts:

  • de 150 à 200 000 Algériens partisans de l’indépendance
  • 25 000 militaires français
  • près de 3 000 pieds-noirs et plus de 30 000 harkis, des Algériens recrutés par les forces armées françaises.

2/ Le caractère sauvage des violences commises pendant la guerre a aussi laissé des traces :

  • Certaines franges des forces indépendantistes du Front de libération nationale (FLN) ou les ultras de l’Algérie française, notamment celles regroupées autour de l’Organisation armée secrète (OAS), se sont livrées à des exécutions sommaires et à des attentats contre des civils.
  • La révélation de l’usage de la torture par l’armée française choque la population et contribue à l’engagement militant contre la guerre.

3/ En métropole aussi les violences se multiplient. Parallèlement ont lieu des exodes massifs :

  • Un million d’Européens d’Algérie, les pieds-noirs, sont rapatriés en métropole.
  • Des dizaines de milliers de harkis quittent eux aussi le pays avec leurs familles, dans des conditions souvent très difficiles.

Les enjeux de la mémoire de la guerre d'Algérie

La France et l’Algérie restent liées par leur histoire, leur économie, leurs intérêts stratégiques et par la présence en France d’une importante population d’origine algérienne.

  • Côté français, après près de quarante ans de silence officiel, notamment sur la question de la torture, les autorités commencent, dans les années 2000, à prendre publiquement du recul sur la guerre et la colonisation. S’appuyant sur les travaux de chercheurs bénéficiant de l’ouverture progressive d’archives, les programmes et manuels scolaires français abordent désormais le sujet de la guerre d’Algérie. Sujet qui demeure cependant sensible, tout particulièrement chez les descendants des protagonistes du conflit.
  • Côté algérien, la guerre d’indépendance est considérée comme un événement fondateur, autour duquel il est toujours possible de mobiliser la fierté des Algériens. La lecture officielle de la guerre est celle d’un peuple uni derrière le Front de libération national (FLN), toujours au pouvoir aujourd’hui.

Cette mémoire ressurgit régulièrement quand les tensions politiques ou économiques deviennent trop fortes dans le pays, ou quand les relations avec la France se détériorent.

Soixante ans après l’indépendance de l’Algérie, la mémoire de la guerre reste donc aujourd’hui un enjeu humain et politique dans les deux pays.

 

► En savoir plus avec le dossier sur la guerre d'Algérie.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Jérôme Anciberro

Producteur : France Télévisions, Corner Prod

Année de copyright : 2022

Année de production : 2022

Année de diffusion : 2022

Publié le 18/03/22

Modifié le 16/05/22

Ce contenu est proposé par