Connectez-vous à Affiligue
Lumni propose un catalogue de contenus éducatifs à destination des éducateurs et médiateurs, salariés ou bénévoles des structures du réseau de la Ligue de l'Enseignement.

Fact checking et lutte contre l’infox

Les clés du numérique
Publié le 07/11/19Modifié le 18/11/19
Connectez-vous à Affiligue
Lumni propose un catalogue de contenus éducatifs à destination des éducateurs et médiateurs, salariés ou bénévoles des structures du réseau de la Ligue de l'Enseignement.

Sur le même sujet

L’histoire : Kamel, le premier de la classe, agace tout le monde. Une vidéo circule : elle donne l’impression qu’il a payé la prof pour avoir 20/20 en maths. Fake news grossière. 
Sur le fond : la fake news c’est une information mensongère que l’on fait volontairement circuler pour nuire à une cause ou une personne. La vitesse de circulation des vidéos sur les supports numériques leur donnent une grande capacité de nuisance. Et plus une fake news conforte une idée répandue ou un désir, plus elle circule vite.

Kamel, c’est Cristiano Ronaldo : À la fois le meilleur et le plus arrogant de la classe. Mais depuis l’autre jour, une vidéo circule dans le lycée : Kamel remet de l’argent à la prof de maths, et en échange, elle lui remet un 20/20. Cristiano a acheté l’arbitre.

« On fait moins le malin, hein ? »

« Mais, c’est un fake ce truc ! » Et oui, Kamel est victime d’une fake news.

C’est quoi une fake news ?

Une fake news c‘est une expression anglaise pour dire « fausse information ». Une fausse info que l’on fait circuler volontairement pour nuire à quelqu’un ou influencer un groupe.  

Et le développement des fake news – on dit aussi « infox », mélange d’info et intox – est étroitement lié au développement du numérique.

D’abord parce que bien souvent, les fake news sont fabriquées avec ce qu’on trouve sur nos ordinateurs et téléphones.

La vidéo qui accuse Kamel par exemple, c’est un montage de deux vraies images. L’argent qu’il donne à la prof de maths, c’était pour une sortie scolaire. Et des copies 20/20, il en a plein. Aucun rapport entre les deux. Mais un copier-coller et on y voit que du feu. Technique de mensonge classique.

Aujourd’hui, il y a bien plus évolué. Des logiciels permettent de faire dire presque n’importe quoi à quelqu’un à partir d’une vraie vidéo. Et puis quand c’est un copain qui vous fait parvenir une vidéo bidon, vous avez confiance, on ne vérifie pas, on fait tourner. D’autant plus qu’une fausse info circule souvent plus vite qu’une vraie, des chercheurs l’ont prouvé. Parce qu’elle est plus sexy, plus effrayante, plus étonnante.

C’est même devenu une activité. Il existe des usines à fake news. Des lieux où se réunissent quelques personnes mal intentionnées qui créent de fausses infos à la chaîne et de faux comptes pour les relayer.

À coup de fake news, des politiques ou des militants malhonnêtes ou encore des groupes mafieux peuvent ruiner la réputation de quelqu’un, influencer une élection. Surtout qu’aujourd’hui, beaucoup de gens ne s’informent que sur les réseaux et ne croient plus à ce que disent les médias et même parfois les scientifiques. 

Encore une expression anglaise, « fact checking », « vérifier les faits ». Des outils permettent cela. Démonter les manipulations, essayer de retrouver leurs auteurs, leurs relais, analyser attentivement une image, c’est comme ça que Fama a compris ce qui était arrivé à Kamel. « Fake news », le poison, « fact checking », une dose de contrepoison. Les autres médicaments ? L’esprit critique pour ne pas se faire avoir, et que les sources fiables regagnent la confiance des internautes, ça c’est pas gagné.

Réalisateur : Mathieu Decarli; Olivier Marquézy

Nom de l'auteur : Bruno Duvic

Producteur : France Télévisions; La Générale de Production; Radio France

Année de copyright : 2019

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :