Connectez-vous à Affiligue
Lumni propose un catalogue de contenus éducatifs à destination des éducateurs et médiateurs, salariés ou bénévoles des structures du réseau de la Ligue de l'Enseignement.
Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

Des plantes sauvages en ville

Agir pour l'environnement

Publié le 15/11/19Modifié le 11/12/19
Connectez-vous à Affiligue
Lumni propose un catalogue de contenus éducatifs à destination des éducateurs et médiateurs, salariés ou bénévoles des structures du réseau de la Ligue de l'Enseignement.

Savez-vous que dans les villes, il est possible d’observer des plantes sauvages ? Nathalie Machon, professeure au Muséum national d’histoire naturelle, travaille sur ces plantes méconnues, longtemps considérées comme des mauvaises herbes. Aujourd’hui, elle plaide pour une large biodiversité dans les villes. Voici son témoignage.

Le rôle des plantes sauvages dans la ville

« La Saint Valère des murailles est une petite plante qui pousse dans nos villes. On la retrouve habituellement en haut des murs. Pour moi, la Saint Valère est la plante sauvage des rues la plus méconnue et pourtant la plus jolie. Sur un trottoir, il n’y a pas beaucoup de place pour que les espèces poussent. On trouve donc des plantes essentiellement dans les fissures du bitume, au pied du mur, etc. 

Au premier abord, quand on ne les connaît pas, elles apparaissent comme de la végétation très banale, sans trop d'éclat. Mais quand on se penche dessus, on réalise que chacune des espèces a ses particularités, bien intéressantes, et des caractéristiques importantes pour le fonctionnement écologique de la ville. Par exemple, la pariétaire, qui pousse sur les murs. Le mot « pariétaire » vient justement du mot « mur ». C'est une plante qui se trouve normalement dans les falaises. Elle est un peu ingrate sur le plan morphologique parce qu'elle a des fleurs très petites. Mais en permettant aux insectes de se nourrir, elle a un rôle écologique dans la ville.

La base de l’écosystème citadin

Ces plantes forment la base de l'écosystème de la ville. Elles attirent les fourmis, les pucerons, les coccinelles, qui vont à leur tour être mangés par les oiseaux, qui seront de plus en plus nombreux. A partir du moment où les plantes sont éradiquées, cette chaîne alimentaire est coupée : tous les autres animaux qui vivent aux dépens des plantes disparaissent. C'est aux citadins de décider s'ils veulent ou non de cette biodiversité. Et plus ils connaîtront les plantes, plus leur choix sera éclairé. »

 

© Photo : Sylvia Schmitt_EyeEm

Producteur : RFI

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :