Vidéo : Comment fonctionne le dark web ?

icu.next-video

Contenu proposé par

RFI
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Internet18:52

audio - Comment fonctionne le dark web ?

Cybercriminalité

Que trouve-t-on sur le dark web ? Y a-t-il uniquement des activités criminelles ? Quelle est son organisation ? Vous souhaitez sensibiliser les jeunes à la complexité d'Internet, animer des conversations sur les dangers du dark web ? Voici un enregistrement qui peut vous servir de contenu pédagogique pour alimenter vos propos.  Les invités de Clémentine Pawlotsky évoquent cette partie obscure d'Internet, qui permet de bénéficier d'un certain degré d'anonymat.

Qu’est-ce que le dark web ? 

Le dark web ou le darknet est l'ensemble des réseaux sur Internet qui nécessitent un logiciel ou des autorisations nécessaires pour y accéder. Ce contenu n’est pas référencé par les moteurs de recherche traditionnels et se trouve dans une partie cachée sur le Net : il est accessible uniquement par des navigateurs spécifiques (le plus connu et le plus utilisé est TOR) ou via des réseaux en ligne, aux configurations bien spécifiques.

Comment fonctionne le dark web ? 

Pour l’atteindre, il faut un logiciel qui garantit l’anonymat. Techniquement ouvert, le dark web ou darknet permet d’accéder à des plateformes non référencées sur les plateformes conventionnelles. Ce lieu d'anonymat, de connexions internationales est donc un espace favorable à la prospérité de business crapuleux et d’opérations criminelles, comme identifiés par la justice et la police. Mais au-delà de cette vision sombre, de plus en plus d’utilisateurs utilisent le dark web à d’autres fins, et il existe même des moteurs de recherche pour guider les utilisateurs.

Que trouve-t-on sur le dark web ? 

  • Tout ce qui est issu du business quasi-légal ou illégal, qui permet de gagner facilement beaucoup d’argent, sur un temps court. Créations de places de marché illicites : vente de drogues, d’armes, recel de données dérobées ou compromises, listes de vulnérabilité issues de piratages informatiques, logiciels malveillants...
  • Ce qui permet de contourner la censure ou une législation abusive. L’anonymat protège les dissidents, les défenseurs des droits de l’homme, certaines orientations sexuelles... autant d'activités légitimes dans un pays donné, mais déclarées illégales dans un autre et même réprimées sous certains régimes totalitaires.  

Quels défis face au dark web ? 

  • Europol, l'European Police office, multiplie les arrestations. Désormais, elles se font au niveau des opérateurs de la place de marché et des gens qui utilisent le service. Cette extension est possible grâce à une meilleure coopération transfrontalière entre les pays de l'Union, au niveau policier et judiciaire.
  • La conservation de l’anonymat est difficile, notamment lors de la confrontation avec le monde physique, comme lors d’une livraison. Nécessité de la coopération entre les pays hébergeurs et des services de renseignements.
  • La compréhension des phénomènes : création en France de Viginum, organisme de la manipulation de l’information dans l’espace numérique. 
  • L’utilisation du dark web. Ceux qui l’utilisent, sont ceux qui le font vivre. Création d’outils, d’interactions, de monnaies d'échange ... Mais il n’y a pas d’utilité à proprement parler d’aller sur le dark web. Il est constitué de dangers et d’arnaques en tout genre surtout pour les néophytes. En parallèle, on constate une professionnalisation du dark web, une progression du chiffre d'affaires et un enrichissement personnel.

Avec les invités : 

  • Rayna Stamboliyska, experte en cybersécurité et auteur de La face cachée d’Internet, Larousse, 2017
  • Nicolas Arpagian, directeur de la stratégie en cybersécurité Trend Micro, spécialiste de l'analyse du risque numérique et auteur de La cybersécurité, PUF, 2015.

Producteur : RFI

Année de copyright : 2021

Publié le 28/06/22

Modifié le 01/07/22

Ce contenu est proposé par