Vidéo : Atomique et nucléaire

icu.next-video

Contenu proposé par

RFI
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
Le français de la vie quotidienne03:06

audio - Atomique et nucléaire

Les mots de l'actualité

L’accident survenu sur la base militaire de Nionoska dans le nord de la Russie a été reconnu par les autorités locales. Celles-ci ont précisé que l’explosion était de type nucléaire, terme qui forcément interpelle et évidemment inquiète…

Mais on parle ici d’un accident nucléaire, et non pas atomique. A priori, ces deux mots correspondent à la même signification mais ont des échos différents alors même qu’ils auraient pu être employés l’un pour l’autre. Pourtant, ils ne sont associés ni à la même histoire ni à la même période.

Les origines du mot atomique

Le mot atomique est bien plus ancien, puisqu’on en trouve trace dès le XVIe siècle. Au départ, c’est un mot de philosophie et de chimie.

Dès l’Antiquité, des penseurs ont imaginé l’existence d’un élément minuscule, capable de se combiner avec d’autres. Le plus petit élément possible, celui qu’on ne peut pas couper, l’indivisible : c’est le sens de départ du mot atome qu’on trouve sous sa forme grecque chez Démocrite et Épicure par exemple, puis, latinisé chez Lucrèce, dans son grand poème De la Nature des Choses.

Au XXe siècle, ce mot va se spécialiser en désignant ce qui a un rapport avec le noyau de l’atome et les techniques de sa désintégration. Malheureusement, les premières applications seront guerrières et tragiques : le premier mot que l’on associe à atomique, c’est la bombe, après les explosions dramatiques des premières bombes qui ont été lancées en 1945 sur Hiroshima et Nagasaki au Japon.

Mais, bizarrement, pendant quelques années, on croyait dans un progrès de la science, et malgré le caractère tragique de ses conséquences, le mot atomique était accepté.

La préférence au terme nucléaire

Puis ça a changé quand le grand public a pris conscience des dangers qui étaient liés justement à cette énergie atomique, et on a plus ou moins abandonné cet adjectif pour le remplacer par le terme nucléaire. On glisse donc d’un qualificatif à l’autre, et on parle de nucléaire, construit sur la racine latine nucleus qui signifie noyau : il s’agit toujours de la maîtrise du noyau de l’atome. L’adoption du mot ne pose d’ailleurs pas de problème : qu’on veuille discréditer cette nouvelle forme d’énergie ou qu’on en fasse la promotion, tout le monde est d’accord sur ce terme.

Enfin, quand on dit « le nucléaire », on parle de tout un système qui s’ordonne autour d’une certaine production à partir des centrales nucléaires sans que le mot ait une tournure péjorative.

Comment sortir du nucléaire, par exemple, est le prochain challenge afin d’abandonner ce type de production et de consommation énergétique.

Nom de l'auteur : Yvan Amar

Producteur : RFI / DGLFLF

Année de copyright : 2019

Publié le 14/08/22

Modifié le 26/02/21

Ce contenu est proposé par