Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.

Vidéo : Apprentissage du débat et citoyenneté

icu.next-video

Contenu proposé par

Réseau Canopé
Connectez-vous
Lumni propose sur connexion des contenus éducatifs aux animateurs, éducateurs, médiateurs des associations nationales agréées Jeunesse Education Populaire et/ou agréées en tant que complémentaires de l’enseignement public, ainsi qu’à leurs structures affiliées.
La République13:51

Apprentissage du débat et citoyenneté

Conférence Canopé Lyon

Conférence de Françoise Werckmann, Juriste de formation, docteur en sciences de l'éducation, conseillère municipale à Strasbourg. Comment et pourquoi organiser des débats en classe, plusieurs propositions faites par Mme Werckmann, qui traite ici plus particulièrement du débat réglé en cycle 3.

De la démocratie représentative à la démocratie participative

La démocratie représentative est celle que nous vivons, basée sur le vote émis par le citoyen. Ce vote permet de décider, de choisir ou bien de donner son opinion. 

Nous avons plusieurs types de démocratie : Décider c’est la démocratie directe, les élus décident, pas vous.

Choisir : C’est la démocratie représentative, le citoyen délègue le pouvoir de décider à ces représentants qui lui ont présenté un programme qui a été mis en débat.

Il y a la démocratie consultative, ce sont les fameux conseils de quartier. C’est la loi de 2002 complétée par la loi de 2014, applicable dès 2016. Ces conseils se font dans les quartiers prioritaires de la ville. Ces conseils posent avec acuité la question du débat, couplée avec la réalité du pouvoir : on fait débattre des gens dans des conseils, que va-t-on faire de leurs propositions ? Le côté consultatif, c’est un avis, qui va être suivi ou pas. La plupart du temps, il n’est pas suivi, et les gens ont l’impression d’être utilisés, comme une sorte de simulacre de démocratie, c’est donc contre-productif.

La démocratie est à la croisée des chemins, telle que nous la vivons actuellement, elle essaie d’aller bien au-delà du droit de vote, de la démocratie représentative et consultative. On insiste pour aller vers une démocratie participative, c’est-à-dire accompagner, suivre, agir. Il s’agit de choisir un projet politique qui accompagne l’évolution de la société pour un mieux vivre ensemble. Aller vers plus de démocratie, c’est l’autre façon de faire de la politique. Peser sur le contenu, prendre des décisions qui relèvent des compétences des autorités  légitimes, c’est ce qu’on pourrait appeler le débat citoyen.

Défendre les valeurs de la République, revivifier la laïcité

Se pose le problème de la reconnaissance du pouvoir politique face au pouvoir religieux. La loi de 1905 dit qu’il faut séparer l’Eglise et l’Etat. La laïcité est plus que jamais une question vive, une question de société. La loi de 2015 met en place un enseignement civique et moral qui préconise d’y mettre de la fraternité. Il faut partager les valeurs de solidarité, de respect de soi et de l’autre, comme un lien à construire dans la grande famille humaine.  

On demande de fabriquer des individus, des citoyens honnêtes, épanouis, ayant confiance en eux, pour jouer un rôle sur la scène publique. Il faut, avoir une compétence personnelle dans l’art d’argumenter. Egalement dans la capacité d’échange avec les autres. Il s’agit autant de transmissions dd valeurs, de savoirs, que de compétences impliquant des prises de conscience et des comportements.

L’art du débat en classe

En classe, cela reste un bon exercice. Quand un thème est choisi, l’enseignant procède à un remue-méninge afin de trouver des pistes de réflexion. Prenons l’exemple de la pollution, en montagne, la pollution maritime, les déchetteries, le tri, la circulation, la voiture, le réchauffement climatique etc… On peut les faire travailler en groupes sur une des pistes évoquées. Le débat peut être organisé en 2 ou 3 parties et chacun va pouvoir intervenir sur son expertise. Les élèves exposent ensuite le résultat de leurs travaux pendant une dizaine de minutes.

Il faut avoir un regard objectif et critique sur l’autre et sur soi, apprendre à mieux se connaître et à connaître l’autre. On juge toujours par rapport à soi, ce n’est donc pas l’autre qui est jugé. C’est son travail, mais pas la personne. Donc dans la grille d’analyse, vous avez 2 axes de formation, les contenus ainsi que la prise de parole : J’argumente, j’écoute, sans oublier la forme qui prend dans le débat une grande importance : la voix, l’attitude corporelle, le regard etc…

Il n’est pas bon d’opposer culture, savoir et actualité. Ce qu’il faut, c’est aider les élèves à trier les informations et décrypter notre époque, notre temps selon les sujets que vous choisissez.

Pour conclure

L’enseignant doit-il être neutre ? Il peut donner son point de vue dans une controverse, tout en favorisant l’analyse de points de vue en compétition sur les controverses. Les élèves sont encouragés à évaluer leur validité au cours du débat, ils développent ainsi des compétences d’engagement.

A l’école, nous devons passer par cet enseignement du débat, par l’enseignement de la prise de parole en tant que telle, permettant une meilleure connaissance de soi et de l’autre, tout en favorisant l’intégration à la collectivité, de la classe, de l’école et de la cité.

Producteur : Canopé Lyon

Année de copyright : 2016

Publié le 06/07/22

Modifié le 03/09/21

Ce contenu est proposé par